© Copyright 2012 ~ NOMAD INDUSTRIES ~ RSS | Email | Twitter | Facebook | Youtube | Google+

Image Image Image Image Image
Scroll to Top

En Haut


Making History – Summiting of the most remote land on Earth

9 people from the Hanse Explorer reached the summit of Bouvet Island on the 20th and 21st of February 2012. This is my personal account of this historic event. I left a time capsule at the summit containing visions of the future for 2062.

music by Colin Stetson and a Bell Orchestre remix by Kid Koala.

(La version française suit plus bas)

Making History – the first summiteers of the most remote land on Earth.
The sun has gone down on the Hanse Explorer.  We made history today.  It’s weird to say it like that, it’s even stranger when I stop to picture the implications.  For some time I may have been the youngest to climb up the seven summits, the highest mountain on every continent.  I may still be the youngest to have skied to the North and South Pole, but who knows.  These things mean very little.  When you’ve done such things you always have one record or another; the shortest man ever to climb X mountain, the only deaf European woman, or who knows what else.  However, to have reached Bouvet Island, the most remote land on Earth, a place where less people had walked than the moon, and to climb to it’s summit, that is truly history.  While no one can ever take it away from us, as there can only be one first, as I headed down the mountain I had a hint of regret.  This was one of the last untouched places on the planet.  I wonder how many will be driven to visit Bouvet now, and climb the extinct volcano as we have?
Bouvetoya is Norwegian territory.  It is a World Heritage Site, and it’s been a personal project of my father’s to visit every one of these sites.  When he mentioned Bouvet to me the first time, the first thing that came to my mind was whether anyone should reach this island at all.  It struck my imagination since this venture had something particularly human about it; if we can go somewhere, than we will.  It was the fact that the ship would be leaving from Cape Horn that reminded me of an old dream of mine: sail from cape to cape, Cape Horn to Cape of Good Hope.  These are both known as the toughest seas on the planet and I’d first heard about these as a teenager sailing the Pacific Rim on the SV Concordia, a beautiful Barkentine school ship that sank on the coast of Brazil three years ago.  I decided to charter the Hanse Explorer and bring meaning to my father’s journey by creating a time capsule, inviting people to send us their vision of the year 2062.  To sail from the end of the world to the beginning of civilization in the hope of reaching the last place on Earth, it seemed fitting to invite anyone to join us, in their own way.
This was only three months ago, an extremely short amount of time to put together such an expedition, but ever since we put the project in gear, got a film crew together, and a web site up, I started receiving not only visions of the future, but also plenty of people letting me know how Bouvet Island is a mystical place for them, one that they either dream of visiting, or simply dream of.  As lonely a place as this may be, there is a whole community of people with their hearts and minds there.  This made my journey mean more than I’d hoped.  I definitely wasn’t alone in this.
That said, we are 25 on the ship, 11 of which are passengers, the rest being crew.  It is a Germain ship, but a lot of the crew is from South Africa, and most have been traveling with the ship for close to 6 months now so they are very happy that our final destination is their hometown of Capetown.  Everyone on board feels quite privileged for being a part of the journey, realizing that very few people have ever sailed these seas.
The landing on Bouvet was rather difficult, but not as difficult as we expected.  Two days before our arrival, the weather forecast cleared up, putting the island, usually surrounded by a heavy mist making even clear photography a rarity, between two fronts.  We arrived in the early morning, with the rising sun, to discover a beautifully open sight at the island.  We may have had the best two days of weather in years.  It was plain odd.  Everyone seemed to agree that the stars had lined up for us.  Nervous, we set off with two zodiacs to find the right place to land.  Aaron Halstead, our mountain guide, a very experienced Antarctic expeditioneer from New Zealand, had been studying the only map of the island available, as well as Google Earth, to not only find the best way to the summit, but most importantly, a good place to bring our zodiacs in and get us on shore.  Circum-nagivating the island we quickly found a beach previously thought to be an ice wall.  We attached both zodiacs with a rope and let one of the get pulled in by the waves, while the other would quickly pull it back out to sea, a technique we discussed for the three weeks in took us to get there.  It was great to see it not only working, but also being necessary to our safety.  Ten of us reached the shore that first morning, quickly emptying the zodiac of all of our climbing gear without getting it wet.  While we had water up to our knees and some of us up to our waist, we all managed to remain without injury or unbearable cold.  We had planned for this after-all, and had spare clothing and climbing gear ready.
The volcanic sand was utterly black, a very special sight.  This fifty foot beach was just gorgeous, but it was filled with huge fur seals.  We knew from experience at South Georgia that they can be rather aggressive so we approached the ice wall behind them we extreme caution, eyes all around the group, ready to snarl back at a seal daring enough to come charging, because they do.  It’s not dangerous if you don’t run, you just have to stand your ground and appear superior.  Get bitten though and you may just leave your life here, especially considering that we are over a week away from any other ship or island.  That’s the real danger of this situation: we are in the most remote place on the planet, and we don’t want to be reminded of what that can entail.
Aaron had decided to first attempt the summit with the four most experienced climbers, meaning Will Allen, our cinematographer, my father, and myself.  We geared up and headed up the ice wall that would bring us over the glacier.  Within twenty minutes we were above the beach, ready for the long day ahead of us.  Bouvetoya is only 774 meters high, but it is not well mapped, so one of the challenges is the element of the unknown.  It’s hard to conserve your energy when you don’t know what’s ahead.  Furthermore, and most difficult in my case, the time capsule was actually very heavy once we had printed out all of the visions we’d received.  Made of stainless steel, it weighed 18 pounds, empty.  I hadn’t realized what that would represent once we’d be climbing, but all I could think after the first hour was how heavy a burden the future was.
It didn’t take long for the visibility to considerably drop as well, to the point where we could barely see 10 meters ahead of us.  50km winds came in, and snow, and there we were following the GPS up the volcano, walking into the unknown otherwise.  I was living my metaphor of the future more than I’d ever wished.  It was a seven kilometer walk up a steady hill, and we weren’t halfway there that my legs started giving in under the weight of my pack.  It was extremely hard, and perhaps having not moved much over the past few days on board the ship might have made it even harder.  I’ve always thought that what makes any mountain worth it, is when you get to a point when you don’t know whether you can go any further, yet you manage to keep going.  In that sense, Bouvet was definitely worth it.  With about 150 meters of elevation to go, I exchanged packs with my father, leaving him the heavy weight for the rest of the way.  I don’t know how I could have brought the capsule to the summit without him, which says a lot about the place my father still holds for me.  In those dire moments, he remains there for me.
My mind was not on my father as much as my own daughter actually, and even more on  the one that’s yet to be born.  In May I have a second daughter due, and I thought of her more than anything else during my climb up.  She’ll be fifty years old in 2062, and if someone returns to the island to retrieve the capsule, it may very likely be her.  That’s what crossed my mind as I planted the capsule into the ice.
It was while walking down that I imagined having possibly created a climbing destination that day.  The chances of the weather being so kind again may be low, and that beach may even disappear under water within a few months, but I remembered what first occurred to me when my father mentioned Bouvet, that if man can go somewhere, he will, and we had just proven that it is indeed possible, and there was something sad to me about that.  Back on board the ship however, as I looked back at the island, it looked just mysterious to me then as it had when we first arrived, even more so perhaps.  I may have visited, but only to discover how little I would ever know it.  It is approximately 50 square kilometers so we hadn’t seen any of it really, and the tall cliffs that surrounded all of it didn’t make it seem much more welcoming than it did before.
The following day, while a slept and incredible eighteen hours, a remaining five passengers reached Bouvet’s summit with Aaron, being the only man to ever climb the mountain twice.  These five other individuals are Sarto Blouin, Seth Sherman, Chakib Bouayed, Cindy Sampson, and Akos Hivekoviks.  About half of the ship’s crew also touched Bouvet’s shore, the other half unable to reach it since the zodiac almost capsized attempting it.  The visibility that second day was near perfect.
We are now sailing westward toward the Prince Edward Islands, hoping to have permission to visit an island whose wildlife is virtually untouched.  That will mean checking all of our clothing for any possible seeds or dirt from any other destination that could contaminate this eden.  Once again, as much as I hope to see this incredible place, I know it isn’t mine to see.  None of this planet is mine to see.  I am a passenger here, a blessed one at that for reaching such foreign shores.  We look to the stars for alien life, but lately I see myself as the alien.

Écrire l’histoire: les premiers grimpeurs du sommet le plus isolé de la terre.

Le solei s’est couché derrière l’Hanse Explorer. Nous avons écrit une page d’histoire aujourd’hui. C’est étrange de le formuler ainsi; c’est encore plus bizarre de s’arrêter pour en imaginer les implications. Pendant un certain temps, j’ai dû être le plus jeune à visiter les sept plus hauts sommets de chaque continent. Qui sait, peut-être suis-je encore le moins vieux à avoir skié les deux pôles. Ça n’a pas vraiment d’importance, au fond. Dès qu’on accomplit ce genre d’exploits, on brise toujours un record ou un autre : le plus petit homme a avoir fait ci, la première européenne sourde à avoir fait cela, que sais-je… Toutefois, fouler l’ile Bouvet, l’endroit le plus isolé sur terre, un endroit moins visité que la lune, et grimper son sommet, c’est historique. Personne ne pourra jamais nous enlever cette expérience. Il n’y a qu’une première fois à tout. J’avais quand même un regret en tête lors de la descente: Nous venions de marcher sur l’un des derniers endroits vierge de cette planète. Combien auront maintenant le goût de faire comme nous et de se rendre au sommet du volcan de Bouvet?

Bouvetoya est un territoire norvégien. C’est un site du patrimoine mondial, et mon père s’est donné comme objectif de tous les visiter. Quand il m’a parlé de Bouvet pour la première fois, la première chose qui m’est venue à l’esprit fut : devrait-on explorer cette ile ou la laisser tranquille ? Je n’étais pas si enthousiaste. Je trouvais ce projet typiquement humain :  nous avons les moyens d’aller quelque part, allons-y, sans nous poser de questions. Ce qui m’a convaincu, c’est la possibilité d’accomplir un vieux rêve personnel : voguer d’un cap à l’autre, du cap Horn au cap Bonne-Espérance. Deux endroits reconnus pour leur impraticabilité et dont j’avais appris l’existence à mon adolescence, alors que j’étais dans la ceinture du Pacifique à bord du SV Concordia, un magnifique voilier-école Barkentine qui a coulé sur la côte du Brésil il y a trois ans. J’ai décidé d’affréter le Hanse Explorer et d’ajouter un sens à l’expédition de mon père en y amenant une capsule temporelle, qui recueillerait les visions du public à propos de l’an 2062. Ça semblait logique de partager avec tout le monde cette épopée qui nous mènerait de l’endroit où s’est terminé l’exploration du monde jusqu’au berceau de l’humanité.

Tout cela s’est passé il y a peine trois mois, un délai extrêmement serré pour monter une expédition de cette envergure. Mais depuis que nous avons mis ce projet en branle, assemblé une équipe de tournage et mis en ligne un site web, j’ai commencé à recevoir non seulement des visions à propos du futur, mais aussi des témoignages de gens qui me parlaient de leur relation à l’ile Bouvet, un endroit qu’ils rêvaient de visiter, ou auquel il rêvait, point. Aussi éloigné et isolé cet endroit puisse-t-il être, une communauté de gens y sont attachés, de cœur et d’esprit. Cette idée rendait mon périple encore plus significatif. Je n’y étais décidément pas tout seul.

Nous sommes 25 à bord, dont 11 passagers. C’est un navire allemand, mais une bonne partie de l’équipe vient d’Afrique du Sud, et ils ont pour la plupart été à bord du bateau depuis six mois. Ils sont donc très contents de rejoindre avec nous Capetown. Tout le monde à bord se sent privilégié d’être de ce voyage, étant donné le peu de monde ayant navigué sur ces mers.

Mettre le pied sur Bouvet n’a pas été de tout repos, mais ce fut quand même moins pire que ce que nous avions imaginé. Deux jours avant notre arrivée, les prévisions météorologiques se sont améliorées, levant l’épais brouillard qui entoure généralement l’ile et qui empêche d’en prendre des images claires. Nous sommes arrivés très tôt le matin, à l’aube, et nous avons été accueillis par une vue magnifique de l’ile complètement dégagée. Je crois que nous sommes tombés sur les deux seuls beaux jours depuis des années. Tout le monde sentait que les étoiles s’étaient alignées pour nous. Un peu anxieux, nous avons mis à l’eau deux zodiacs pour trouver le bon endroit ou accoster.

Aaron Halstead, notre guide de montagne, un Néo-Zélandais très expérimenté dans l’Arctique, avait étudié la seule carte disponible de l’ile et fouillé grâce à Google Earth pour trouver le meilleur endroit pour laisser nos zodiacs et le chemin le plus adéquat pour se rendre au sommet. En faisant le tour de l’ile, nous avons rapidement trouvé une plage, que nous avions d’abord pris pour un mur de glace. Nous avons attachés les deux zodiacs de manière à ce qu’un soit tiré par les vagues, mais que l’autre le ramène immédiatement vers la terre, une technique que nous avions eu trois semaines pour discuter et élaborer. C’était rassurant de voir que ce nous avions imaginé fonctionnait en pratique. Nous avons été 10 à atteindre la berge ce matin-là, y vidant rapidement tout notre matériel d’escalade sans se faire mouiller. Même en ayant de l’eau jusqu’à la taille, nous avons éviter blessure et hypothermie. Nous avions, de toute façon, planifié des vêtements de rechange.

Le sable volcanique complètement noir de la plage m’a surpris. Elle était magnifique, mais pleine de gigantesques phoques. Nous avions appris à South Georgia que ces animaux peuvent être très agressifs. Nous nous sommes donc approchés prudemment, à l’affût d’un animal qui viendrait à la charge. Les phoques ne sont pas dangereux si vous leur faites comprendre que vous leur êtes supérieurs. Malgré tout, une morsure aurait pu être catastrophique, spécialement en considérant que nous sommes à une semaine d’une ile ou d’un autre bateau. L’éloignement est de loin le plus grand danger qui nous guette. Un petit pépin peut rapidement devenir catastrophique.

Aaron a décidé d’essayer la première ascension avec les trois grimpeurs plus expérimentés, c’est à dire Will Allen, notre directeur de la photographie, mon père et moi. Après avoir préparé notre équipement, nous nous sommes dirigés vers le mur de glace qui allait nous mener sur le dessus du glacier. En moins de 20 minutes nous surplombions la plage, prêt à affronter la longue journée devant nous. Bouvetoya n’a que 774 mètres d’altitude, mais n’est pas bien cartographiée. L’inconnu est un des défis de l’ascension, puisqu’il est difficile de gérer son énergie quand on ne connait pas la distance à faire. À ça se rajoutait, pour moi, le transport de la capsule temporelle. Faite d’acier stainless, elle pesait 18 livres, vide, mais avec toutes les visions imprimées, elle était finalement très lourde. Je n’avais pas réalisé que ça affecterait ma montée. Après une heure, tout ce qui occupait ma pensée était le poids que le futur représentait.

La visibilité a rapidement chutée, au point où ne pouvions pas voir à plus de 10 mètres devant nous. Quand le vent s’est levé, soufflant la neige a plus de 50 kilomètres heure, nous nous sommes résolus à suivre le GPS, vers l’inconnu. À mi-chemin de la montée de sept kilomètres, mes jambes ont commencé à flancher sous le poids de mon sac. Probablement que ma sédentarité des derniers jours à bord du bateau ne m’aidait pas non plus. Ce qui est le plus satisfaisant dans l’ascension d’une montagne, c’est lorsqu’on réussit à dépasser le moment où on croit ne plus pouvoir aller plus loin. À cet égard, Bouvet en valait vraiment la peine! À 150 mètres du sommet, j’ai échangé de sac avec mon père, lui laissant le plus pesant pour le restant de la montée. Je n’aurais jamais pu transporter la capsule – le futur – au sommet sans lui. C’est une belle métaphore sur la place qu’il occupe dans ma vie. Dans les moments les plus durs, il sera toujours là pour moi.

Dans cette épreuve, c’est surtout à mes filles que je pensais, spécialement celle à naître en mai. Elle aura 50 ans en 2062, et si quelqu’un doit retourner sur l’ile pour y retrouver la capsule, ce sera sûrement elle. En plantant la capsule dans la glace, je l’imaginais en train de la déterrer.

Durant la descente, j’avais le sentiment d’avoir peut-être créé une destination d’expédition. Les chances d’avoir des conditions météorologiques aussi parfaites sont basses, et la plage disparait probablement sous l’eau durant une partie de l’année, mais ça n’arrêtera pas l’humain. Si nous pouvons aller quelque part, nous irons. C’est triste, mais c’est comme ça. Malgré tout, vue du bateau, l’ile avait encore son aura de mystère. En fait elle me semblait encore plus incompréhensible. La visiter m’avait seulement montré que je ne la connaitrai jamais. Elle n’était pas plus accueillante non plus, avec ses falaises escarpées qui l’entourent. De ses 50 kilomètres carrés, nous n’avions finalement pratiquement rien vu.

Le jour suivant, j’ai dormi pendant 18 heures. Pendant ce temps, les cinq autres passagers, Sarto Blouin, Seth Sherman, Chakib Bouayed, Cindy Sampson, et Akos Hivekoviks, ont mis les pieds au sommet de Bouvet avec Aaron, le seul homme a y être allé deux fois ! Seulement la moitié de l’équipage a réussi a touché les berges de Bouvet, la deuxième ayant presque capoté avec le zodiac en tentant de se rendre. Malgré une mer agitée, le temps était parfaitement clair.

Nous nous dirigeons maintenant vers l’Ouest, vers les iles du Prince-Édouard. Nous espérons qu’on nous permettra de visiter l’une d’elle qui demeure virtuellement intouchée par l’homme. Nous devrons nettoyer nos vêtements de toute graine ou terre provenant d’ailleurs qui pourraient contaminer cet éden. Encore une fois, même si j’espère pouvoir contempler cet endroit unique, je sais que je n’y suis pas chez moi. Il n’y a nul part sur cette planète qui est à moi. Je suis un passager, un passager privilégié de pouvoir aller à la rencontre de ces rivages si éloignés. Nous nous tournons vers les étoiles pour chercher des extraterrestres, mais depuis peu je me sens moi même étranger à notre planète.


  1. Bravo à toute l’équipe, pour votre courage et votre détermination qui dans le future donneras l’exemple à beaucoup d’entre nous je l’espère.


  2. Great and unforgettable performance for your lifetime !Congratulations !
    I am going to pick-up the capsule overthere, for sure, just in an other …life !
    Enjoy your next islands !

    I am pleased to see back ,Bob H., younger and happy than ever as within the Riiser-Larsen Emperors rookery, or deeply concentrated on the only one english language chart of Candlemas island looking for a possible landing site!

    Bon Vent à Vous Tous et de merveilleuses découvertes.

    Greetings from Belgium.

  3. Bravo papa! Surtout si tu n’as rien changer à la pureté de l’île Bouvet! Reviens vite dans ma vie, afin de préparer mon beau futur! Ici, on peut travailler à changer les choses. -JANE-

  4. Congratulations to all involved in this epic and historic event. What an incredible experience!!!

  5. Congratulations from Northern Vermont! What an experience everyone has had so far and still more to come. By having this experience, being in places that few or no humans have visited, comes a responsibility to help shift people’s thinking to be more mindful of the environment, of which we should be only a part of. That sense of being just a small part of the web of life must have been very strong when you arrived on Bouvet Island, made your climb and left. Will, I can’t wait to see you and hear some stories!

  6. Merci de nous faire rêver une fois de plus.

    On n’oublie pas que le futur commence dans 5 min.

    Bon retour même si l’aventure n’es pas encore fini.


  7. un grand hourra pour les aventuriers du futur, mille fois bravo…
    que ce rêve de vie meilleure devienne réalité pour nos enfants…
    merci pour eux
    D. R

  8. Bravo a toute l’équipe, j`avais vu Jason a l`émission Salut Bonjour avant le départ et j`avais pris en note ce site web pour voir des images de l`ile Bouvet. Quelle belle expérience vous avez tous vécus, j`espere vous voir a la télé a votre retour pour venir nous raconter votre expérience. Bravo encore, c`est beau de voir des gens réussir de beaux exploits comme les votres. Je vous en souhaite beaucoup d`autres. Salut, France.

  9. The time capsule was an excellent idea. Are you going to publish (or at least describe in more detail) what’s in it?

    Laisser une capsule temporelle était une idée excéllente. Allez-vous publier (ou au moins décrire en plus de détail) ses contents?


    • Yes, we’re in the process of making a feature film that will bring the visions together. Thank you for asking. Makes it all feel worth it!
      What’s your vision?

Laisser un commentaire